Allegra aux Trans vous donne sa playlist – Jour 3

 

KwesVendredi j’ai loupé un apéro pour Set&Match et Ondatropica. Aujourd’hui, j’ai loupé Melody’s Echo Chamber et La Gale pour un apéro. Faut savoir faire des choix.

Par contre, le matin même j’ai bataillé pour récupérer une place pour Kwes. J’ai bien fait. Kwesy Sey de son nom, est l’incarnation de la nonchalance mais avec tellement de classe. Souriant et simple dans ses interactions avec le public, il avait oublié de donner sa track list à la batteuse qui l’engueule. On applaudit. Je ne m’attendais pas à tant de génie. Bashful dans ton mp3 : une perle, en boucle. Bashful à La Cité : INCROYABLE. Le britannique s’excite sur son clavier, joue avec les mélodies jusqu’à parfois basculer dans l’expérimental. Chaque titre de son album est retravaillé, on a même le droit à un inédit : sa voix sur quelques notes de son clavier, une jolie comptine. Talentueux, technicien, de la pop psyché à tendance R&B au brouillard hip hop en passant par l’emotronica (si je puis me permettre) je suis ravie du voyage. J’ai une crampe à force de sourire. – Deezer & kwes.info/kwes/

Comme tous les soirs, on se pointe au parc expo la vessie prête à exploser, on s’en fout on avisera après le concert. On court et on arrive à la fin du set de Superpoze…. Juste le temps d’apprécier deux gros sons abstract hip hop et un gros remix de Wookid. Le caennais est capable de nous prouver sa technique en à peine 15min. Frustration de l’extrême on espère le re-croiser rapidement sur scène. – Soundcloud

{jumi [*162]}

Arrive une des grandes têtes d’affiche de ce soir : Black Strobe. On a rencontré leur nouvelle formation cet après-midi sur le plateau de Radio Campus. Autant vous dire que pour interviewer le bon mètre 90 du plus que charismatique Arnaud Rebotini faut avoir un minimum de culot, surtout quand on fait moins d’un mètre 60. C’était drôle.

J’attendais beaucoup de ce concert. Le show est là, rien à dire, ils balancent même des flammes en direction du ciel (c’est mieux que sur la foule). Le premier morceau envoie du fat et rend fou le public déchaîné (voir trop, beaucoup trop). Ça y est Arnaud empoigne le micro. « Allo la régie on n’entend pas Nono ! ». Il a fallu attendre le 5ème morceau pour qu’enfin les bass saturent un peu moins et que Rebotini se fasse un peu entendre. Mais c’est trop tard, l’odeur de gerbe qui nous entoure nous a fait fuir. C’est dommage. On notera tout de même que les quelques inédits qu’ils nous ont balancés, même avec un son qui laisse à désirer, sentent très très bon, plus de basses, certainement moins d’influence disco. Leur prochain album prévu pour 2013 s’annonce lourd.

{jumi [*163]}

TNGHTA 23h30 il y a TNGHT, hier on s’est fait niqué pour Phoebe Jean & The Air Force c’était complet. Du coup on a 30min d’avance. Et on a bien fait. UZ (prononcer Uzi) est au platine. BIM grosse claque. Il parait que ça vient du sud des Etats Unis, qu’on appelle ça du « Trap ». En gros un hip hop dubsteptisé et de l’électro glaciale. Juste parfait avant l’arrivée de Lunice et Hudson. Mix au top, la foule prend son pied et moi aussi ! Gros remix de Foreign Beggars, je n’en attendais pas tant. UZ a un bel avenir devant lui. Par contre son visuel est vraiment dégueu, bon on ne peut pas tout avoir.

{jumi [*164]}

{jumi [*165]}

TNGHT. J’ai hésité à mettre que des cœurs pour cet article. Mais j’ai eu peur de passer pour une groupie. L’EP doit être à l’écoute sur internet depuis le mois de mai ou juin dernier, en boucle dans mon casque depuis. Autant vous dire que j’attendais beaucoup de cette rencontre aux Trans. Je n’ai pas été déçue. Efficace, beaucoup de sons que je ne connaissais pas qui étaient tout aussi bon que ceux de l’EP. Higher ground coupé en plein milieu, le public devient ouf, ça crie, la pression monte et ça repart. Je n’ai plus de tripes. Sonoriser un hall de parc expo c’est chaud, mais c’était propre. Envie de les revoir dans une salle plus adaptée pour tâter jusqu’où ils peuvent me faire prendre mon pied.

<3 <3 <3

{jumi [*166]}

{jumi [*167]}

Après quelques bières on enchaine avec Hot Panda. Dans le descriptif des Trans, les canadiens travailleraient de la pop anguleuse et les ballades country. Euh… Je n’ai pas compris. Je me suis demandé si on ne s’était pas trompé de hall. Rock garage, assez violent, vraiment pas mon truc. Je ne remets pas en cause leur talent, je suis même sûre qu’ils en ont beaucoup. Mais non je n’accroche pas. Désolée. – Hotpanda

Skip&Die on a failli louper le live. On a dû jouer des coudes pour pénétrer dans le hall. Ça valait le coup. À l’image de l’album le concert est un véritable voyage. Les sonorités se mélangent : musiques traditionnelles (la chanteuse est originaire d’Afrique du Sud), hip hop, électro, grosses basses ! Mélange parfaitement maîtrisé, on danse, on ne s’arrête plus. Ça secoue son boule dans tous les sens. Je ne vois rien, je suis trop loin, pas grave je ferme les yeux et me laisse transporter. À voir et revoir.

{jumi [*168]}

Cuir ! Moustache pour la clôture. Euh… Pourquoi ? Jean Louis a du vouloir nous faire une blague. Bon, je suis restée 3min, au loin. Je n’ai pas besoin de vous en dire plus je pense. Je vous laisse quand même un cadeau :

{jumi [*169]}

Bon les TransMusicales c’est fini. Une belle et intense expérience. On ressort avec une belle gueule de bois de musique, des gros coups de cœur (Burning House, Paul Thomas Saunders, TNGHT, Kwes, UZ, Superpoze…) et quelques déceptions (Hot Panda, Black Strobe – d’une certaine manière-, Lianne La Havas….). C’est aussi beaucoup de frustration, on n’a pas le temps de tout voir (Nick Waterhouse, St Lô, Phoebe Jean & The Air Force…), mais ça a son charme. On court partout, on rencontre les organisateurs qui nous vendent beaucoup du rêve, des amis des amis qui respirent la gentillesse, des tarés, des bourrés, des sourires et beaucoup trop de gens qui se roulent des pelles.

Que du cœur quoi.

Merci Radio Campus. 

admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *