Ballet Bar: l’Amérique s’invite au théâtre Golovine

872f1c_53d592ac3cd5429c86124a7179027d5b~mv2.jpg_srz_979_564_85_22_0.50_1.20_0.00_jpg_srz

Cinq danseurs, quatre gentlemen et un garçon de café et que ça bouge ! C’est ce qui résume le mieux la pièce Ballet Bar proposée tous les jours au théâtre Golovine.

 Dans un décor de club de jazz New-Yorkais, les cinq danseurs nous transportent dans un univers à la fois très enfantin mais aussi poétique. Un bar, des chaises et des porte manteaux, ce sont les seuls éléments sur scène pour nous emmener aux États Unis, dans les années 50-60 le temps d’une danse ou plutôt de danses. Autour du bar se suivent hip-hop, charleston ou encore tango, tout ça rythmé par une platine vinyle, objet de toutes les convoitises pendant la représentation…

Cette platine et la musique qui est jouée sont le centre de la chorégraphie. Les danseurs se suivent autour de cet objet, un peu vintage pour passer le vinyle qui les fera bouger. Ballet Bar ne serait rien sans les différents styles de musique. Aucun geste, aucune action ne peut se détacher de cet objet à la dimension poétique. Poétique pourquoi ? Tout simplement par l’imagination qu’il éveille en chaque spectateur. Cette imagination, il est vrai, est un peu aidée par les danseurs eux-mêmes. Par l’utilisation de certains objets, par des mouvements que tout le monde souhaiterait maîtriser, les danseurs nous font voyager. Leur chorégraphie, parfois absurde mène les danseurs à transformer un porte manteaux inanimé et des vestes sans aucune dimension vivante en des personnages tout droit sortis d’un univers merveilleux. La platine vinyle sert aussi comme générateur électrique rendant encore plus fous les gestes des danseurs. Ils deviennent incontrôlables, totalement déjantés.

La compagnie Pyramid pourrait nous faire croire, en utilisant l’humour et l’autodérision que le hip- hop serait facile à danser. La coordination, les danses ras le sol ou encore les sauts périlleux paraissent simples pour les 5 artistes sur scène. Ils maîtrisent chaque espace de la scène. Un jeu enfantin pourrait se transformer pour n’importe quelle personne lambda en une séance de gym extrême. En les voyant, vous aurez fait votre séance de sport de la journée.

Ballet Bar c’est une vraie bouffée d’oxygène, un défi sportif et artistique. En ressortant, vous ne pourrez avoir que le sourire. Bonne humeur, beauté des mouvements et un public totalement emporté par l’énergie des danseurs. Ce spectacle c’est une heure intense mais vous ne serez pas déçu. Il faut aller découvrir Ballet Bar au théâtre Golovine. C’est tous les jours, à 16h30, jusqu’au 28 juillet. Réservez, les places partent très vite.

Pour plus d’informations sur la compagnie Pyramid, vous pouvez aller sur leur site. Vous pourrez découvrir leurs autres créations ainsi que la date des prochaines représentations si vous n’avez pas l’occasion de venir à Avignon pendant le festival.

Martin Obadia

La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *