Cécile Helle – 5 ans après : le bilan

Vendredi 26 avril, Radio Campus Avignon accueillait dans son studio Cécile Helle, maire d’Avignon, à l’occasion d’une émission spéciale ayant pour but de dresser le bilan de ses 5 années de mandat. Cet échange avec nos chroniqueurs a dressé l’état des lieux et recueilli la position de Madame le Maire autour de 9 grands axes, ponctués des réactions de nos intervenants Nicolas Meffre, coordinateur à L’Autre Festival ainsi que Nicole Lubrano, professeure de Français au lycée René Char et en présence du groupe de musique Garage Blonde. Vous pouvez écouter le podcast de l’émission  ou bien retrouver l’essentiel des points évoqués dans cet article.

 

 

En poste depuis 2014 et élue au second tour avec 47,47% des voix lors de la triangulaire FN-UMP-PS, notre première question ne pouvait être autre que celle qui interroge : Cécile Helle sera-t-elle candidate à sa succession ? En guise de réponse, le Maire affirme que c’est une question qu’elle ne se pose pas: “le moment n’est pas venu de me poser cette question, même si toute action municipale s’inscrit dans la durée”.

 

Cécile Helle

Culture : Olivier Py, festivals et musées

 

À la question concernant son éventuelle satisfaction de la gestion du Festival IN d’Avignon, Cécile Helle estime intéressant de voir un artiste en responsabilité d’une programmation qui aura su renouveler le festival notamment avec le système des thématiques (l’Odyssée cette année) mais également pour le sens qu’il redonne à la réflexion nécessaire après un temps culturel. L’indépendance des directeurs artistiques des institutions culturelles est également à respecter selon Madame le Maire, qui inscrit Olivier Py parmi “les grands directeurs du festival d’Avignon”.

Pour le Festival Off et le prix des salles souvent élevé, Cécile Helle affirme que “c’est une chose que l’on discute avec le président du festival OFF, Pierre Beffeyte, qui a conscience de ces difficultés” dans le but d’éventuellement aller vers une charte de qualité positionnant le festival OFF comme une opportunité exceptionnelle d’une ouverture sur le monde, couplé au IN.

Sur cette question des festivals d’ailleurs, Cécile Helle met en avant la richesse culturelle présente tout au long de l’année et non pas uniquement sur la période de juillet en nommant les scènes permanentes d’Avignon ainsi que la multitude d’autres festivals et événements culturels (Hivernales, Cheval Passion, Tremplin Jazz, Love Letters…) et sa volonté de soutenir les manifestations culturelles autres que le Festival d’Avignon, entendant à ce sujet des images qui “ne correspondent pas à la réalité” alors que la culture est “bien présente tout au long de l’année à Avignon”. Nicolas Meffre, coordinateur à  l’Autre Festival, festival ayant eu lieu en février et dont la deuxième édition est d’ailleurs annoncée du 7 au 9 février 2020 sur le thème de la jeunesse avec un pôle spécial, semble le confirmer; “on attend de la ville qu’elle soit un levier (…) elle nous a apporté tout ce qu’elle pouvait nous donner”. Une nouveauté pour cette prochaine édition a aussi été annoncée en direct : une grande dictée “façon Bernard Pivot” avec l’espoir d’une salle au Palais des Papes pouvant accueillir 800 personnes.

Le pôle muséal Avignon Musées créé récemment est aussi abordé avec la volonté de repositionner les musées municipaux de la ville au “cœur de l’ambition culturelle” avec une programmation mutualisée ainsi qu’un accès gratuit basé sur le constat de la faible fréquentation de ces musées de la part des avignonnais et des touristes. Depuis, selon Cécile Helle, la fréquentation en un an “a explosé”.

Finance : Impôts locaux, Gilets Jaunes et chômage

 

L’engagement fut tenu : depuis 2014, les impôts locaux n’ont pas augmenté. Cécile Helle explique que le budget de 2014 n’avait pas été voté lors du début de son mandat et qu’il n’était donc pas le sien, avec un constat “préoccupant” : celui que la ville dépensait trop par rapport à ses recettes. Les réajustements ont donc eu lieu en 2015 pour trouver un niveau de recettes en cohérence avec ses dépenses. Malgré cela, les marges de manœuvres financières ne devaient pas compter sur cette augmentation où de plus, le nombre d’avignonnais payant l’impôt est faible. L’objectif est alors de faire en sorte que de nouveaux habitants viennent s’installer sur Avignon, afin qu’ils puissent, si possible, payer l’impôt. Ainsi, les recettes pourraient augmenter sans toucher à la fiscalité.

Concernant les Gilets Jaunes et les dégâts financiers induits, Cécile Helle estime “qu’on ne peut que regretter les débordements” mais qu’elle est pour la liberté et le respect de manifester, elle-même l’ayant fait dans sa jeunesse, mais toujours dans le “respect de l’état de droit”.
L’évaluation des dégâts sur le mobilier urbain, la voie publique et l’office de tourisme s’évalue à entre 100.000 et 150.000 euros entre le 1er et 8 décembre, même si l’évaluation n’est pas précise. Cependant, il y a aussi la mobilisation des équipes municipales à considérer, en plus que l’impact et la répétition de ces samedis sur l’activité économique et les commerces de proximité. Pour autant, “ce n’est pas pour ça que je ne considère pas ça comme légitime de la part des Gilets Jaunes”, indique Cécile Helle.

Le dernier point de ce thème, le chômage, est quand à lui en baisse car en 2018 il était à 11,3%, un taux “historiquement bas”. De plus, 160 millions d’euros ont été investis dans les écoles, les gymnases, ce qui aura donné de la vigueur notamment au secteur du BTP. La remunicipalisation des cantines scolaires va aussi dans ce sens puisque c’est plus de 50% de produits bios et locaux proposés aux écoliers, indique Madame le Maire.

Service public : sécurité, social, mobilité et urbanisation

 

Concernant la sécurité, au sein de la ville d’Avignon, Madame le Maire rappelle la création d’un service de tranquillité publique assurant des missions de médiation en complémentarité de celles de la police municipale.
Des efforts sur les enjeux de la sécurité sont faits pour que le droit à la sécurité soit le même pour tous, quelques soient les quartiers: “je ne voudrais pas qu’on oublie les habitants des quartiers populaires”. Des quartiers qui sont d’ailleurs en développement, même si une absence physique de la police municipale est avérée. En septembre prochain, Cécile Helle annonce donc la création d’un poste de police municipale qui prendra place dans le quartier St.Chamand avec l’augmentation des effectifs, pour assurer les nouveaux équipements en rénovation tels que la plaine sportive ou le stade nautique.

Le sentiments d’insécurité des femmes au sein de la ville est également considéré, Cécile Helle indiquant le travail avec les associations mobilisées sur des enjeux d’égalité entre les hommes et les femmes et le dispositif de caméras de surveillance même si la présence humaine est préférée.

Nous avons aussi interrogé Cécile Helle sur un aspect plus social, concernant sa favorabilité à l’essor des toilettes publiques qui peuvent jouer un rôle notamment pour les personnes sans domicile fixe: “on est en train d’en installer de manière systématique (…) c’est une vraie préoccupation et mobilisation de notre part”, affirme-t-elle en évoquant aussi le dispositif associatif Mobil’Douche avec le Secours Catholique, que la ville accompagne.

Enfin, nous sommes revenus sur les nombreux chantiers en cours dont on peut se rendre compte en observant les travaux dans la ville. Après la requalification du quartier St.Didier donne lieu à celle de Carreterie, où l’objectif donné est de prendre plaisir à circuler et consommer (avec la volonté de donner envie à des commerces de s’installer), en réorganisant la ville non plus autour de la voiture mais de mobilités plus douces comme le vélo et la marche à pied.
Mais il y a également celui du stade nautique dont la ré-ouverture est ambitionnée à l’automne 2019, avec une pleine ouverture des équipements complets (jacuzzis…) à l’été 2020 : “ne plus avoir de bassin de plein air à proposer est un vrai manque, il fait partie d’un équipement historique dans lequel les habitants ont plutôt de bons souvenirs”.

Éducation

 

Pour aborder cette thématique, nous avons reçu Nicole Lubrano, enseignante de Français au lycée René Char. À travers ses échanges avec Madame le Maire, vous pourrez retrouver son discours sur les propositions culturelles de la ville et un passage sur les bibliothèques municipales. À noter que la bibliothèque Jean-Louis Barrot est en cours de réhabilitation.

Écologie

 

Avignon a été élue capitale régionale de la biodiversité notamment par l’inutilisation de produits phyto-sanitaires dangereux et l’installation de 6 ruches sur la tour St.Laurent du Palais des Papes. Cécile Helle est convaincue que les collectivités locales ont “un rôle à assumer”. Elle met également en avant la place du végétal à réintroduire dans la ville pour créer de nouveaux espaces de fraîcheur. Face aux pics de pollution, la gratuité des transports en commun est aussi une solution, en plus d’un potentiel changement des habitudes en terme de mobilité.

Vous pourrez retrouver l’ensemble des sujets développés et les déclarations complètes toujours en podcast de l’émission en début d’article ou sur notre Mixcloud.


Les pauses musicales de l’émission ont été assurées en live par le groupe Garage Blonde. Ils nous ont tout d’abord interprété Sue & Syd, suivi de Sourd et absent et Jeu de fatigue. Vous pourrez les retrouver le 14 juin à 19h à la librairie Cami-li books & tea ainsi que dans la programmation musicale de notre radio.

 

  • Océane, Delphine, Olivier, Tobie, Lilian, Jessie et Nicolas renouvellent leurs remerciements à Cécile Helle, Nicolas Meffre, Nicole Lubrano et au groupe Garage Blonde d’avoir participé à cette émission spéciale.

Emilie Grasso

La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.