Court c’est court!, un festival de courts-métrages

 Rien de mieux que d’aller au cinéma un samedi pluvieux. A l’occasion de la 25ème édition du festival de courts-métrages “Court C’est Court” qui aura lieu du 14 au 18 novembre à Cabrière d’Avignon, l’association Cinambule a organisé une petite mise en bouche au cinéma Utopia le samedi 27 octobre.

C’est ainsi quatre courts-métrages de nationalité et de genre différents qui ont été projeté au cinéma mythique d’Avignon afin d’inviter le public avignonnais à se rendre au festival de courts-métrages. C’est salle comble que le public a pu profiter d’une séance gratuite de courts-métrages.

Au programme pour commencer, El Afilador (Le Remouleur) film mexicain de James Casey, sur une femme qui passe ses journées à faire la cuisine en écoutant de la musique sentimentale en attendant que l’objet de son obsession arrive.

Ensuite c’est Waldo’s Dream, film d’animation chilien réalisé par Jorge Campusano, Jose Ignacio Navarro Cox et Santiago O’Ryan qui a été projeté. En faisant une satire de la vie de Walt Disney, Waldo’s Dream raconte l’histoire de Waldo Joy, un homme tourmenté par l’horrible malformation de son fils unique, douleur qu’il va essayer de cacher derrière la construction d’un immense parc de loisir appelé “Happyland” pour contrôler le monde de sa propre vision utopique de celui-ci.

La projection s’est suivie d’un court-métrage suédois – la Suède étant le pays invité de cette 25ème édition – de Jonas Odell Never Like The First Time (Jamais comme la première fois), compilation à la fois drôle et touchante de témoignages de personnes racontant leur première expérience sexuelle.

Enfin, c’est un court-métrage français de Christophe Le Masne qui a clôturé la soirée. Les inévitables ces gens un peu relou qui s’incrustent à toutes les soirées. Le réalisateur habitué du festival présentera son premier long-métrage Moi, maman, ma mère et moi pour l’occasion!

Image tirée du film Les inévitables

 Le Festival Court C’est Court !

Pour sa 25ème édition, ce sont 130 films qui vont être projetés du mercredi au vendredi grâce à une programmation internationale et diverse permettant à chacun et à chacune de s’y retrouver. L’association propose aussi de nombreuses séances familiales et scolaires pour initier au cinéma dès le plus jeune âge !

Installé à Cabrières d’Avignon, un territoire rural, le festival permet aussi à des personnes isolées et à des infrastructures culturelles de profiter pendant 5 jours d’une programmation cinématographique ambitieuse et à des prix abordables (6€ la séance et 25€ les 5 séances) [1 séance = environ 1h30 de courts-métrages).

Cette année, la Suède est le pays invité mettant en avant toute une série de courts-métrages suédois contemporains mais aussi classiques comme ceux du réalisateur Ingmar Bergman. La programmation se poursuit à La Gare de Coustellet avec deux concerts de groupes suédois proposés le samedi soir.

Côté français, vous pouvez retrouvez le premier court-métrage en tant que réalisateur de l’acteur Reda Kateb Pitchoune ou encore le documentaire sur l’école de danse de l’Opéra national de Paris de Clémence Poésy, A Bouts Portés.

Une belle programmation donc, puisque toutes les occasions sont bonnes pour mettre à l’honneur le cinéma ! Si l’aventure vous tente, pensez à réserver vos séances si vous voulez être sûr de pouvoir rentrer, car fort de son succès, le festival fait salle comble.

Lola Sudreau

La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.