Festival d’Avignon 2019: L’Odyssée qui vous attend

Lundi 20 mai avait lieu le rituel de présentation de la programmation du Festival d’Avignon pour sa 73ème édition, se tenant cette année du 4 au 23 juillet 2019. C’est dans un amphithéâtre d’Avignon Université que nous avons pu écouter Olivier Py nous parler de la thématique à l’honneur cette année, L’Odyssée, par l’intermédiaire des questions du journaliste Michel Flandrin mais aussi de courts extraits vidéos. 

Michel Flandrin (à gauche) et Olivier Py (à droite)

La nouveauté

Avant même de jeter un œil à l’intérieur du programme papier à l’odeur tout droit venue de l’imprimerie, un flyer annonçant une première nouveauté, qui se veut ancrer le festival dans l’ère du temps, est disposé sur les tables devant nous; celle de l’application mobile du festival, enfin disponible. A télécharger sur l’App Store et le Play Store, elle permettra de réserver des places en se tenant au courant des annulations et donc des remises en ventes, mais aussi d’établir son itinéraire pour la journée avec des fonctionnalités permettant de calculer les temps de trajets et les possibilités horaires d’une représentation à une autre.

Le programme

Le programme du Festival est toujours accompagné de sa version papier, attendue chaque année pour y voir quel artiste ou quelle couleur figurera sur sa couverture. Alors que pour l’édition 2018 le violet était à l’honneur, nous avons cette année droit au rose, mis en avant grâce à l’oeuvre Agonia de Myriam Haddad, définie comme un “éblouissement chromatique” par Olivier Py.

La couverture du programme avec pour fond l’oeuvre “Agonia” de Myriam Haddad

Une fois la couverture tournée, l’on tombe sur l’édito annuel d’Olivier Py nommé “Désarmer les solitudes”. A ce sujet, il affirmera pendant cette présentation la nécessité de “révéler la conscience que nous avons en commun” et d’être “poétique pour rester politiquement fort”. C’est pari gagné avec cet édito qui ouvre les pages individuelles nous présentant les spectacles de cette année.

L’Odyssée

Pour Olivier Py, L’Odyssé évoque l’Europe et sa fondation, la méditerranée, la crise migratoire mais aussi nombreux récits antiques. Parmi les 43 spectacles programmés, nombreux abordent  ce thème dans son sens littéral. En gratuit vous pourrez vous rendre chaque midi dans le jardin de la bibliothèque Ceccano pour découvrir L’Odyssée d’Homère en 13 épisodes de feuilleton théâtral, ou bien vous pourrez acheter un billet pour L’Odyssée mis en scène par Blandine Savetier.

Nombre de spectacles ont donc pour thème l’exil et/ou les rencontres tels que Mahmoud & Nini de Henri Jules Julien abordant le sujet des rencontres interculturelles ou encore Nous L’Europe, Banquet des peuples, le texte de Laurent Gaudé mis en scène par Roland Auzet.

Autrement, Olivier Py assure beaucoup de spectacle immersifs (c’est le cas de le dire avec £ye$ de la compagnie Ontroerend Goed, qui vous fera prendre place autour d’une table de blackjack et jouer avec des vraies espèces) mais aussi une édition tournée vers de nombreuses nationalités (avec notamment la compagnie chinoise Meng Jinghui pour La Maison de Thé, un spectacle qui promet d’être spectaculaire) et d’arts. La danse sera par exemple bien présente avec A Leaf, Outwitting the Devil ou encore Oksara parmi d’autres.

Le jeune public lui ne sera pas en reste puisque 4 spectacles lui sont dédiés dont notamment L’amour vainqueur d’Olivier Py himself, une opérette inspiré par les frères Grimm avec des figures dignes d’un conte moderne telle qu’un jardinier écolo et un prétendant à la princesse défiguré… Mais Olivier Py n’arrête pas ses initiatives ici puisque sera également joué Macbeth Philosophe, qu’il aura mis en scène avec Enzo Verdet lors d’ateliers de création théâtrale dans le Centre pénitentiaire Avignon- Le Pontet et dont les acteurs seront des détenus y ayant participé.

En chemin…

Mais comme chaque année, le Festival d’Avignon ne s’arrête pas à ses spectacles puisque de nombreux autres événements sont proposés.

Il y a parmi eux 3 expositions dont celle à la Collection Lambert de Miryam Haddad, la redécouverte d’oeuvres cinématographiques liées à l’odyssée avec les Territoires Cinématographiques d’Utopia, des émissions spéciales des radios partenaires ainsi que le savoureux programme des Ateliers de la pensée à la Villa Supramuros et bien d’autres parenthèses à découvrir, que vous pouvez consulter sur le site officiel du Festival.

 


Les réservations de billets pourront s’effectuer dès le 11 juin ou en prévente le samedi 8 juin de 13 à 18h au Cloître St.Louis où 10 000 places (qui s’arrachent chaque année) seront mises en vente.

Rappelons également que si la moyenne d’âge dans l’amphithéâtre était plutôt élevée, il existe des prix avantageux pour les – de 26 ans tels que la formule 4/40 donnant droit à 4 spectacles pour 40 euros, ainsi que des places au tarif patch culture pour les étudiants et personnels de l’université (à réserver sur le mail de la mission culture- disponible sur l’ENT).

Emilie Grasso

La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.