Le Catch : Une pièce de théâtre

Aujourd’hui, dans les médias traditionnels, le catch est vu comme étant l’idiot du village. Un sport qui n’est pas considéré comme tel. Tout est prétendu faux, en passant par les combats et les histoires racontés et par la performance sportive au résultat connu d’avance.

 

Il faut savoir que le catch est en réalité une gigantesque pièce de théâtre où presque tout est scénarisé. Le principal intérêt des catcheurs aujourd’hui : donner des émotions au public quelles soit positives ou négatives. Un bon catcheur n’est pas forcément le plus technique sur le ring, mais c’est celui qui arrivera à donner cette vibration aux spectateurs présent dans la salle. Là où se déroule le spectacle.

 

Le catch n’est pas un sport comme les autres. C’est surtout un spectacle interactif où le public présent joue un rôle essentiel. Sans lui, le spectacle proposé ne serait plus le même. Avignon étant une ville de théâtre, j’ai voulu vous proposer ici une chronique sur les plus grandes tirades de l’histoire du divertissement sportif, là où le scénariste met en place ce qui amènera plus tard les combats.

 

Le soir où Chris Jericho est devenu une star

L’interactivité avec le public est importante pour s’imposer dans les promos (Là où l’histoire est racontée par le catcheur). C’est la réaction de la foule qui va rendre une promo légendaire ou non.

 

Source: https://www.flickr.com/

 

Nous sommes le 9 Août 1999. La World Wrestling Federation (WWF aujourd’hui World Wrestling Entertainment – WWE) tease depuis des semaines l’arrivé d’un nouveau catcheur avec un décompte vers le nouveau millénaire. Le hasard a voulu que ce décompte se termine pendant une intervention sur le ring de Dwayne « The Rock » Johnson. Après une courte période de suspense un artifice éclate, une musique se fait entendre puis un nom sur l’écran géant apparaît. Ce nom, c’est celui de Chris Jericho*. Jeune catcheur de 28 ans, qui s’est fait un nom à la World Championship Wrestling (WCW) aujourd’hui disparu et racheté par la WWE. Le public de Chicago est en ébullition et le natif de Calgary nous livre ici l’une des plus grandes promos de l’histoire de l’industrie.

 

Cependant, par manque de chance ce soir-là, le canadien face au plus grand parolier de l’histoire du catch, The Rock. Il lui dira simplement « Comment oses-tu venir, petit looser, dans le show de The Rock et n’avoir même pas la classe de te présenter ? ». C’est alors que Chris Jericho aura à peine le temps de prononcer son nom que le Rock lui répondra « Peu importe comment tu t’appelles ! ». Cela ne fait rien, car aux yeux du public, Chris Jericho était devenu une star.

 


https://www.youtube.com/watch?v=DGsBRImD0po


*Chris Jericho n’est pas qu’un catcheur, il est aussi animateur télé, acteur de cinéma et il est aussi le leader du groupe de Rock, Fozzy.

 

Les vérités improvisé de CM Punk

Pour raconter cette promo, remettons les choses dans leur contexte. Parce que ce soir du 27 Juin 2011 a été marquer d’une croix rouge par les fans de catch du monde entier.John Cena est champion de la WWE (Titre le plus prestigieux du monde), et entre en rivalité avec la New Nexus d’un certain CM Punk, rivalité dans laquelle la ceinture de champion est en jeu. Le match doit avoir lieu à Chicago le 17 juillet 2011, ville natale de CM Punk. Le contrat de ce dernier se termine le soir de cette même date.

 

Normalement, des scénaristes viennent donner les grandes lignes de ce que le catcheur doit dire à l’écran. Ce soir-là et pour la première fois de sa carrière, les scénaristes laissent carte blanche au natif de Chicago.
CM Punk vient donc intervenir dans un match de table pour ainsi faire perdre John Cena. Jusque-là, tout va bien, tout est normal.
Les deux hommes étant en rivalités depuis plusieurs semaines. Phil Brooks (vrai nom de CM Punk) décide alors de prendre un micro et de balancer tous ce qu’il avait sur le cœur. Frustré par son importance dans le scénario de la WWE, il commence une tirade sur le fait que John Cena n’a jamais été le meilleur et ne le sera jamais et qu’il n’est qu’il ne fait que lécher les bottes des dirigeants de la compagnie, tout comme ses pairs Hulk Hogan et The Rock.

 

Source: https://www.flickr.com/

 

 

Phil Brooks continuera d’improviser longuement jusqu’à ce qu’il évoque le nom d’autres fédérations de catch au travers le monde, ce qui est formellement interdit dans la charte des catcheurs. Et d’en rajouter une couche en disant que les audiences et les résultats financier de la fédération iront mieux quand Vince McMahon (Tyrannique président fondateur de la WWE) sera mort. Il continue alors un petit moment son speech jusqu’à ce que son micro soit coupé.

 


https://www.youtube.com/watch?v=heuM7T0gSno


Cette soirée restera donc légendaire. CM Punk a été suspendu suite à ses propos. Son contrat n’étant pas du tout renouveler encore, tout le monde croyait alors en la fin de CM Punk à la WWE.

Cependant, c’était sans compter sur le soutien des fans. Le catcheur reviendra alors juste avant le combat prévu pour enfin en finir de cette rivalité. CM Punk remportera la ceinture de champion le 17 juillet après et quittera donc la fédération. Ce que les fans ne savaient pas, c’est que CM Punk avait renouvelé son contrat le 17 Juillet juste avant son combat contre John Cena. Et qu’il reviendra deux semaines après avec une toute nouvelle attitude. Mais une chose est sûre, CM Punk est devenu, ce soir-là, l’un des catcheurs les plus populaire de toute l’histoire de la WWE.

 

Et la place des femmes dans tout ça ?

Malheureusement, les femmes dans le monde du catch n’ont pas eu que des moments de gloire. Puisque l’une des pionnières de l’industrie, The Fabulous Moolah a eu un épisode de proxénète durant sa vie  (https://www.voxcatch.fr/2018/03/13/the-fabulous-moolah/).

 

Source: https://www.flickr.com/

Fort heureusement, dans les 90, une catcheuse au talent hors norme pour l’époque, avait fait parler d’elle. Ici encore nous parlerons de contrat puisque Alundra Blayze, l’une des plus grandes catcheuses de tout le temps est alors sous contrat avec la WWF, qui est en pleine rivalité d’audience télévisée avec une autre fédération, la WCW. Et comme le veut toute bonne rivalité médiatique, tous les coups étaient alors à l’époque permis. C’est ainsi qu’Alundra Blayze, championne féminine de la WWF, quitte sans prévenir et le plus légalement possible la WWF pour la WCW, puisqu’elle n’avait tout simplement pas de contrat d’exclusivité avec WWF, pour s’engager avec la WCW, la grande rivale de l’époque.

 

Il faut savoir que les deux émissions principales (RAW pour la WWF et NITRO pour la WCW) étaient en concurrence direct à l’époque sur les antennes de télévision américaines. Alundra Blayze fait alors des débuts fracassants à WCW Nitro avec la ceinture de championne de la WWF. Elle se présente à la caméra en disant qu’Alundra Blayze n’existe plus et qu’il faudra maintenant l’appeler Madusa. Tout en jetant la ceinture de championne de la WWF dans une poubelle. Un moment légendaire à découvrir ou redécouvrir.

 


https://www.youtube.com/watch?v=o6UWUolS6Z0


Mais après cela, que s’est-il passé pour les femmes dans l’industrie ?

Rien de glorieux, une utilisation en demi-teinte durant les années 2000 les réduisant a de vulgaires objets sexuelles devant les caméras, il faudra attendre l’année 2015, après que les fans en aient marre de voir ces catcheuses faire des sacrifices personnels et un dernier match féminin ne dépassant même pas 30sec d’antenne qu’ils décident de lancer le #GivesDivasAChance. La WWE pris ses responsabilités et décide de laisser une chance aux femmes de se faire un nom. Et ce fut une réussite (a peine forcé) puisque 4 ans plus tard, ce sont trois femmes qui clôtureront le plus grand show de l’année devant plus de 70 000 personnes. En effet, Becky Lynch (catcheuse irlandaise) battra l’ancienne championne de l’UFC Ronda Rousey et Charlotte Flair.

 

Un moment a fait leurs rivalités. Alors que les trois filles qui se vouent une haine sans merci, la police devra intervenir pour les arrêter et les embarquer au poste. (Scénaristiquement parlant, n’oublie pas, le catch c’est du théâtre) Par contre, je vous préviens, la séquence qui va suivre pour clôturer cette chronique est what the fuck.


https://www.youtube.com/watch?v=Yg49e7oB4lQ


Guillaume S.

La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.