Le code n’a pas changé

Public du Théâtre du ChateletTrois coups sont cognés sur le sol. Les lumières allumées s’éteignent. Les retardataires arrivent. Lumière sur la scène. Silence se fait. Le spectacle commence.

Le théâtre, comme tout autre spectacle, est composé d’une multitude de codes que les spectateurs ont en tête et qui, de façon inconsciente, suivent à la lettre. Tentez de répondre à un acteur qui s’exclame envers le public dans une pièce tragique, et vous verrez bien sûr tous les autres spectateurs lui faire des yeux aussi noirs qu’un café de Thierry Ardisson tentant d’arrêter la cocaïne. Maintenant, faites pareil avec un comique qui pose une question au public. D’une vous pourrez peut-être faire le public. De 2, l’artiste pourra même vous remercier.

Nous avons tous des références qui nous aident à savoir comment nous conduire devant un spectacle.

Noir sur la scène. Silence inquiétant. Est-ce fini ? Une première personne applaudit. Le reste du public suit. Lumière sur la scène. Les acteurs saluent. Une première personne du public se lève pour montrer sa jouissance et continuer à applaudir. Standind ovation. Les acteurs remercient la régie d’un salut de main. Puis partent de la scène. Pourtant, le public continue son acclamation. Les acteurs reviennent, puis repartent. Puis reviennent. Puis repartent. Le manège peut durer longtemps si la pièce fut un chef-d’œuvre. Ralentissement des applaudissements. Le public se parsème. Les débats commencent.

admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *