Le naufrage Monégasque peut-il s’expliquer ?

   Dans un groupe relevé mais abordable, le club de la principauté a dit adieu à la C1 après une deuxième défaite en quatre matchs contre les Allemands de Leipzig. Ils finiront, quoiqu’il arrive, derniers de leur groupe. Radio Campus Avignon vous fait partager son avis sur cet échec.

monaco_equipe_reu

L’ ancienne équipe de l’AS Monaco (Mai 2017)

Un effectif jeune pas encore au niveau

Avec son recrutement prometteur, Monaco avait fait rêver l’Europe entière. Demi-finaliste de la dernière édition en éliminant des Grands d’Europe comme Dortmund ou Manchester City, le club du Rocher a mis toutes les chances de son côté en essayant tant bien que mal de combler les départs de ses cadres. Nous les connaissons très bien, tout comme les recrues. Baldé, Tielemans, Ghezzal ou même Lopez: que de solutions offensives qui restent pourtant bien muettes. Ayant tous entre 19 et 22 ans, ils se devaient d’apporter cette fougue que les recruteurs Monégasques ont pu repérer au sein de leur ancien effectif.
Coûtant entre 25 et 30 millions d’Euros, Keita Baldé et Youri Tielemans représentaient les parfaites alternatives aux partants Bakayoko et Silva. Pourtant, ils semblent être les principaux protagonistes de la descente aux enfers de Monaco. Une inefficacité offensive incroyable a fait douter Leonardo Jardim, confiant son attaque à Baldé. Avec deux buts depuis son arrivée seulement, le Sénégalais a failli laisser sa place au « placardisé » Carrilo, qui a les mêmes statistiques que lui par ailleurs. Le belge, quant à lui, faisait plus office de remplaçant de luxe depuis le début de la saison. En effet, il joue peu et offre des prestations plus que moyennes. La dernière en date, sa grossière erreur contre Besiktas proposant une offrande à Ylmaz.
Deux belles promesses qui ne restent pour l’instant qu’à l’état de fiction…

Falcao semble bien seul…

   Seule vraie éclaircie de ce groupe en C1, l’inusable colombien a permis à son équipe d’espérer. Marquant 2 buts sur les 6, on ne le sentait pas aidé sur le terrain. Lui, que tout le monde voyait “fini”, doit maintenant porter tout un club. Avec les absences de Lemar et le rendement affaibli de Fabinho, c’est tout le schéma qui s’en retrouve déstabilisé.
Mais le vrai problème que l’on peut soulever, c’est bel et bien la défense. Glik et Jemerson représentaient une paire incroyable l’année passée mais se retrouvent propulsés sous les feux des critiques. 2 buts encaissés par match en moyenne, c’est deux fois plus que l’année passée en poules. Malheureusement pour le Rocher, ce n’est pas compensé par l’efficacité offensive comme cela pouvait l’être l’année dernière. Les blessures répétées de Sidibé oblige Jardim à revoir son système et à aligner Touré qui finalement s’avère être une bonne alternative.
Les statistiques montrent parfaitement ces manques avec une possession en moyenne de 53% et un pourcentage de frappes cadrées tournant aux alentours des 20% en C1. L’année passée, les Blanc et Rouge avaient moins la balle mais s’en servait mieux, la contre attaque s’avérait payante notamment contre des équipes de haut niveau comme Dortmund. L’apport des ailiers était plus important : la qualité des centres en C1 est pratiquement nulle, alors qu’elle était la principale source de buts la saison passée.

Une poule surprenante sous-estimée

   Tête de série de sa poule avec Porto, Monaco était vu comme aspirant légitime et logique à la première place. Là est la force du football. Aucune victoire soulevée en 4 matchs et des prestations inquiétantes. D’ailleurs, les portugais semblaient plutôt affaiblis mais iront se battre pour la deuxième place avec Leipzig. Les allemands, nouveaux dans la compétition, ont eu la chance de conserver leurs joueurs et ont écrasé Monaco à Louis II récemment. Le club turc Besiktas, qualifié pour la première de son histoire en huitième de C1, a présenté un niveau de jeu auquel on ne s’attendait pas, bousculant les Monégasques, à l’image de Konyaspor contre l’OM. Le championnat turc commence à présenter des équipes plutôt intéressantes au niveau européen. BeIN Sport en a d’ailleurs profité pour s’attribuer les droits et diffuser les matchs cette année.
Toutes ces équipes se sont avérées plus fortes que les Monégasques, actuellement troisième de L1.

   On s’inquiète pour le championnat de France, qui ne comptera que Paris pour représenter ses intérêts en C1… Maintenant, le club de la principauté devra se concentrer sur la L1 et cette course à la deuxième s’annonce houleuse avec les retours des deux Olympique Lyonnais et Marseillais. Le cycle semble se couper et une nouvelle équipe doit se remettre en place pour l’année prochaine.

Suite à cette très mauvaise passe, Monaco devra rebondir mais après sa défaite contre le PSG, doit-on s’inquiéter pour les champions de France en titre?

PS: Un peu d’humour, nous attendons encore Jeff Tuche pour reprendre en main cette équipe et remastériser l’hymne officiel!

Olivier HALLOUA

La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *