Les associations du campus ont eu chaud !

Culture.com et Cinéfils & Filles fêtant leurs 10 ans.Un scénario improbable s’est déroulé cette semaine. Les associations sortent d’une situation compliquée pour leur financement. En effet, seuls 5 700€ étaient disponibles dans les caisses du Fond de Solidarité et de Développement des Initiatives Etudiantes (FSDIE) alors qu’il y avait 5 dossiers à présenter (un ciné-concert avec Premières Loges et CinéFils & Filles, le festival de Culture.com, le voyage à Strasbourg des AED et la fréquence FM de Radio Campus Avignon). D’après nos informations, 45 000€ de reliquats (l’argent non utilisé de l’année précédente) n’étaient pas reversés au FSDIE au moment de cette commission. 

L’équation devenait alors compliquée pour le FSDIE étant donné l’engagement prononcé de l’Université d’Avignon pour la culture et la vie associative. Soudainement, une nouvelle circulaire émanant du Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche est arrivée à l’Université alors qu’un vide juridique lui précédait depuis plusieurs années. Cette circulaire précise des éléments qui restaient flous quant au financement du FSDIE. Elle indique bien que les reliquats doivent être réinjectés dans ce fond d’une année sur l’autre.

Cette circulaire apporte un élément nouveau sur la part des droits d’inscription qui est reversée au fond, elle indique que l’Université doit compenser le manque à gagner qui est dû aux remboursements des frais d’inscription aux boursiers. Elle fait même plus qu’apporter un élément, elle rappelle un fonctionnement déjà acquis : “Il est rappelé que la compensation des droits d’inscription non versés par les étudiants boursiers sur critères sociaux a vocation à s’appliquer également au FSDIE”. En effet, comme nous l’avions évoqué dans la première édition de Polis & Politeia sur Radio Campus Avignon, les étudiants boursiers ne participeraient actuellement pas au financement du FSDIE et cela créerait des inégalités entre universités. Dans cette situation, une université avec beaucoup de boursiers disposerait de moins d’argent pour ses associations qu’une université qui en compte moins. 

Dans tous les cas, cette circulaire apaise les associations. Elles vont pouvoir réaliser les projets sur lesquels elles sont en train de travailler, et les trésoriers et trésorières pourront souffler avant l’annonce des délibérations du Conseil d’Administration de l’Université d’Avignon. 

admin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.