Les “Toubidons” s’emparent du Festival d’Avignon

En cette fin de festival,  nous avons eu le plaisir d’aller voir La Panne, spectacle d’improvisation des « Toubidons ». Le principe est simple. L’histoire change chaque jour et tourne autour d’une panne. A 17h37, les comédiens, avant de jouer, sollicitent le public et demandent le type de véhicule, les raisons de la panne et les relations qu’entretiennent les personnages entre eux. Les acteurs se jettent alors dans l’inconnu, et improvisent durant 55 minutes.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Les Toubidons, c’est une troupe professionnelle constituée de 5 comédiens-improvisateurs et d’un musicien. Ils créent et jouent ensemble, depuis 2013, des spectacles comme « Ça fait des histoires », ou encore « La Panne », qu’ils jouent au Festival Off en cette année 2018. Dans chacune de leurs propositions, on retrouve l’importance de la rencontre avec les autres. Que ce soit la rencontre des comédiens entre eux, ou avec le public, on retrouve dans leur travail une envie de jouer à propos du partage, de ce qui relie les individus. Ainsi, Jeremy Fouix, Deborah Falbo, Thomas Pizzoti, Yoann Giletti, Julie Hugon et Cyril Bakana se retrouvent , à tour de rôle, sur les planches pour nous présenter « La Panne ».

            Lorsque nous y sommes allés, ce 26 Juillet dernier, ils étaient 3 sur scène : Yoann, Déborah et Julie qui font partie de ladite troupe. Ce soir là, ils sont tombés en panne dans une BX, et il était question de relation professionnelle, familiale et d’amour secret.

Au premier rang, nous avons pu profiter de chaque instant du spectacle, et nous n’avons pas été déçu. L’une des plus grosses appréhensions face à de l’improvisation, c’est la peur de l’ennui. De ne pas accrocher au style des comédiens, que l’intrigue s’essouffle vite… Mais ce soir là, non. Bourrés de talent et très dynamiques, les 3 comédiens ont su tenir le public en haleine, faisant avancer l’histoire avec un jeu et une énergie entraînante.

Les lumières et le son étaient en accord avec le reste, le régisseur lumière et le musicien étant eux aussi en improvisation, ils complétaient le travail des comédiens sur scène. La cohésion du groupe permet ainsi la création d’un réel univers, avec différentes scènes créées avec la complicité des régisseurs. A l’écoute, toute l’équipe nous a ainsi proposé un spectacle drôle, prenant et rafraîchissant.

Pas de déception de ce coté ci, bien au contraire : une très agréable surprise, une bouffée d’air frais dans ce festival caniculaire. Si on avait pu voir toutes les représentations, nous l’aurions fait volontiers. On espère qu’ils reviendront fouler les scènes de la cité papale avec la même énergie, un talent certain et avec une grande créativité.

 

GUERIN Léa

La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *