LIVE CHINESE MAN

 

  Samedi 1er Novembre, le célèbre collectif Chinese Man fêtait ses 10 ans à la salle polyvalente de Montfavet. Quelques jours avant l’événement, le concert affichait déjà complet.

 

Devant l’entrée de la salle, des centaines de personnes attendent, impatientes. La queue s’étend sur une vingtaine de mètres. On entend « vous n’avez pas une place en plus à vendre ? ». Certaines personnes sont venues alors qu’elles n’avaient pas de ticket d’entrée, dans l’espoir d’en trouver auprès des autres.

Dès l’ouverture des portes, tout le monde se presse à l’intérieur et fonce devant la scène pour avoir les meilleures places. L’excitation monte parmi le public mais il va falloir être patient, Chinese Man arrivera en seconde partie. Dans une bonne humeur générale tout le monde écoute La Fine équipe  en première partie : le groupe joue un son électro plutôt posé mais sensationnel. Le public n’a pourtant qu’un seul nom à la bouche « Chinese Man ».

Après un entracte qui semble durer une éternité, un son de trombone annonce l’arrivée du groupe. Dans une explosion de son et de couleurs, les trois DJ’s de Chinese Man apparaissent avec Taiwan MC à leurs côtés. Ils débutent avec leur chanson « Once Upon a Time » tiré de leur dernier opus « The Groove Sessions, vol 3 ». La foule est de suite conquise et bouge au rythme de ce rap qui groove. Chaque morceau est accompagné d’animations vidéos, plus originales les unes que les autres. Plusieurs caméras filment en direct le concert qui est retransmit sur un écran géant. Un jeu de caméra se fait entre les DJ’s et le public au plus grand plaisir de l’audience. Chinese Man et Taiwan MC reprennent ensemble les morceaux les plus connus, à leur façon, toujours dans un partage avec le public, de jeux de main qui se lèvent et de refrains repris en écho. Les spectateurs sont surexcités, bougent dans tous les sens et crient. C’est l’hystérie générale, rythmée par la musique hypnotisante de morceaux tels que Get Up que l’audience reprend en choeur, Don’t Scream, Racing with the Sun, Le pudding à l’arsenic sur lequel tout le monde chante « et un peu de sucre en poudre ! », le morceau reggae Independant Music ou encore Miss Chang. Ils finissent avec le très célèbre et incontournable I’ve Got that Tune. Le tromboniste commence le morceau en jouant cet air légendaire, puis les DJ’s de Chinese Man remixent le morceau à leur façon. Le public emballé, le chante avec les artistes. Les spectateurs sont au comble de la frénésie, les membres du groupe dansent et quand vient la fin du morceau et que les musiciens simulent leur départ, c’est comme une explosion parmi la foule : des cris, des sifflements, des claquements de main et de pieds, le public en veut encore et le fait savoir. Chinese Man revient enfin avec un deuxième mix de I’ve got that Tune qui subjugue, un mélange de rap et de dubstep, au plus grand bonheur de tous. Pour finir, petite tradition : une photo de Chinese Man et Taiwan MC avec le public en arrière plan.

Le groupe s’en va, le concert est fini. Les gens sont essoufflés, comme s’ils avaient couru un marathon, et c’est un peu le cas, car la musique de Chinese Man a réussi à créer une symbiose entre le public et le son, une transe de 1h30 qui les a transporté dans une autre dimension. On entend des « c’était énorme » ou encore « j’adore ce qu’ils font, j’étais transporté par la musique, je n’ai pas arrêté de danser tout le long ». Tout le monde sort avec un grand sourire et encore vibrant de l’excitation procurée par cette musique unique.

 

Chinese Man, après 10 ans, a su une fois de plus prouver son originalité et son dynamisme à travers des chansons plus envoûtantes les unes que les autres. Dans un partage toujours plus fort avec leur public, les artistes transmettent leur énergie et leur bonne humeur aux spectateurs. Un concert inoubliable, vivement le prochain album !

admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *