« La musique commence où s’arrêtent les mots »

Elle, Édith Giovanna Gassion, aurait eu 100 ans le 19 décembre 2015 ; lui , Gustave-Joseph Viseur, aurait eu 100 ans le 15 mai 2015. Mais, eux se sont donnés rendez vous à Pernes les Fontaines au Studio La Buissonne où « [leurs] yeux amoureux suivent le jeu nerveux, les doigts secs et longs de l’artiste, ça [leur] rentre dans la peau par le bas, par le haut ; c’est physique, [ce sont de] vrais tordus de la musique. » Eux, ce sont Richard Galliano et Sylvain Luc qui ont enregistrés à la mi-août un opus autour des airs amoureux d’Edith Piaf et de Gus Viseur. 

 

Édith Giovanna Gassion est née à Paris et elle est morte le 10 octobre 1963 à Grasse, à l’origine de nombreux succès devenus des classiques du répertoire, comme La Vie en rose, Non, je ne regrette rien, l’Hymne à l’amour, Mon légionnaire, La Foule, Milord, Mon Dieu ou encore L’Accordéoniste. Edith connaît très bien l’accordéoniste Gus Viseur qui l’a accompagné en 1940. En effet, Gustave-Joseph Viseur, dit Gus Viseur, est né à Lessines, en Belgique et mort à Paris, 25 août 1974. C’était un accordéoniste belge qui a abordé tous les genres du répertoire musette (valse, tango, paso doble, …) et a été l’un des premiers accordéonistes de jazz. Évoluant au côté de la Môme dans les milieux parisiens dès 1930, il développa son jeu aux côtés des guitaristes manouches et enregistra son premier disque en 1937. Il est le seul accordéoniste à avoir été membre du célèbre Hot Club de France dirigé par Charles Delaunay ; on lui doit notamment Joseph, Joseph ; Douce Joie ; L’imprévu ; Nuit de Paris ; Flambée Montalbanaise ; Lorsque Django jouait. 

 

Ainsi, ce qui lie le répertoire de Piaf et de Viseur c’est l’association du swing et de l’amour ; il semble que cette association vaut aussi pour nos deux protagonistes Sylvain Luc et Richard Galliano. Les palettes de couleurs proposées par les deux musiciens donnent à balancer, à se balancer, à danser avec son corps dans l’espace ; mais un espace particulier où règne la complicité et l’intimité. A l’écoute de cet album, enregistré sans casque, dans la même pièce, en face à face ; Sylvain avec sa guitare acoustique, Richard avec son accordéon chromatique nous plonge bien au delà des airs amoureux d’Edith Piaf et de Gus Viseur. Un au delà aux multiples couleurs, un au delà propice aux nombreux voyages, aux enthousiastes partages, à la rencontre de l’osmose ; là où les mots s’arrêtent et la musique commence … (sortie du disque : janvier 2015 chez Milan Records)

 

© Photo Le DL / Angélique SUREL (retouché par Mathieu FERYN) : Richard Galliano (acc.) & Sylvain Luc (guit.)

admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *