Pélléas et Mélisande au prochain Festival d’Avignon

 Rencontre à la Fabrica avec Julie Duclos, qui présentera prochainement sa pièce de théâtre au Festival d’Avignon en juillet 2019. Au programme, une adaptation de Pélléas et Mélisande avec une grande force poétique sur l’histoire d’un amour tragique.

 Invitée pour la première fois au Festival d’Avignon, Julie Duclos est une metteuse en scène et comédienne issue du Conservatoire national supérieur d’art dramatique. A son nom, déjà plusieurs créations théâtrales telles que Fragments d’un discours amoureux, Masculin/Féminin en 2012, Nos Serments en 2014 et plus récemment MayDay en 2017. Artiste passionnée de théâtre, elle s’exerce aussi depuis peu au cinéma dans les courts et moyens métrages et sera prochainement à l’affiche d’un film de François Ozon.

Aujourd’hui Julie Duclos nous présente Pélléas et Mélisande, une réadaptation de la pièce en cinq actes écrite par Maurice Meaterlinck en 1893 et mis en musique par Claude Desbussy quelques années après. Elle met donc en scène cet amour impossible entre Mélisande, jeune femme timide, envoûtante et craintive et le Prince Golaud qui la trouva en pleurs dans la forêt et qui se maria avec sans ne rien savoir d’elle. Mais un lien secret semble se tisser entre Mélisande et Pélléas le demi-frère de Golaud. Un amour ? Une complicité ? Quelque chose de plus fort qu’elle, un interdit, quelque chose de suggéré, de projeté, d’irréel. Julie Duclos joue avec une écriture hors du temps, sans marqueurs de contexte dans une dimension spirituelle et tragique où il est question de destin. Avec une part de rêverie et d’images intérieures que provoque ce drame mystique, Julie Duclos nous interroge sur la puissance des mots mais aussi sur tout l’enjeu d’inscrire une certaine temporalité qui fait danser des rythmes comme en musique.

Son conte moderne, elle a choisi de le reproduire avec des personnages réalistes prenants racines dans des espaces et des décors qui représentent tout autant ce concret. Les costumes sont actuels, les êtres contemporains, le texte est respecté par des acteurs qui vont marquer la pièce et lui donner une certaine identité, un rapport poétique à la langue. Dans cette langue écrite par Meaterlinck, il y a comme quelque chose de sensoriel, une écriture entre terre et ciel que l’on pourrait définir comme d’invisible mais à la fois d’incarné. Julie Duclos au cœur de son travail, va amener les acteurs à déployer un au-delà des mots et une énergie dans l’espace. Et tout ce monde évoqué par les mots, elle en fait un rêve qui embarque à la fois son équipe technique, ses collaborateurs et son public. Aujourd’hui elle décide d’alterner cinéma et théâtre par l’utilisation de l’image pré-enregistrée et projetée en direct.

Julie Duclos et sa mise en scène poétique nous invite alors cet été à plonger dans ce jeu de regard entre le caché et le réel.

 

Edith Granon

La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *