Serge Barbuscia: “Victor Hugo, le visionnaire”

Samedi dernier, RCA s’est rendue au théâtre Benoit XII, pour l’une des 2 représentations exceptionnelles de la pièce “Victor Hugo : le visionnaire”, conçue et interprétée par Serge Barbuscia. Dans cette pièce, on nous propose de découvrir un aspect assez méconnu de l’illustre auteur des “Misérables” et d'”Hugo le tribun”, en mettant en scène une sélection de discours tenus à l’Assemblée Nationale.

Affiche de la pièce de théâtre “Victor Hugo, le visionnaire”

Un spectacle total

Accompagné par l’orchestre régional d’Avignon, et une cantatrice de talent Magali Palies, Serge Barbuscia parvient à allier la musique et les textes de Victor Hugo dans une harmonie implacable de force et d’élégance. Aux rythmes des violons, xylophones, tambours… Serge Barbuscia martèle les discours de l’auteur avec un talent incontestable.
La musique du spectacle, créé par Dominique Lièvre, parvient à réaliser la prouesse remarquable d’être en symbiose avec les textes. Nous avons la sensation d’avoir affaire à la première bande originale de l’histoire. Cet aspect est renforcé par les décors du spectacle, avec des jeux de lumière encadrant la scène, affichant les projections multiples de dessins de Victor Hugo qui éclairent la scénographie, les images reflétant au mieux les thématiques du discours de Hugo.

Hugo un penseur du XXIème siècle ?

Passons dorénavant à la teneur des textes de Hugo qui font partie du spectacle. Il en ressort des sujets intemporels comme celui de la justice, la construction européenne, la lutte contre la peine de mort, l’éducation, sa philosophie démocratique… Mais également des sujets qui font particulièrement écho à l’actualité, notamment à l’écologie avec un texte sur la mer. On peut également évoquer une diatribe contre une société de surconsommation de biens qui, en revanche, affame les esprits.
Les luttes contre les inégalités, qui peuvent être raciales ou sociales, la puissance des mots déclamés par

, ont autant leur place sur la scène du Benoît XII, qu’en tête des cortèges qui battent les pavés ces dernières semaines.

A l’issue du spectacle, après des longues minutes d’applaudissement, le metteur en scène, qui propose cette oeuvre de manière sporadique depuis 1996, a partagé le constat que plus les années passent et plus les textes font écho à la société.
Une rencontre de mots, de la musique et des images brillamment exposée… une pièce de théâtre qui est à la hauteur de l’oeuvre de plus grand auteur français.

– Nicolas F.

La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.