Portrait de Cadillac Palace (candidat du TJA)

Cadillac Palace : Jean-Baptiste Berger (saxophone ténor), Sébastien Leibundguth (guitare), Jérôme Klein (batterie & moog)

Après notre rencontre d’hier en compagnie de Stéphane Belmondo, membre du jury du TJA au Cloitre des Carmes, aujourd’hui nous avons décidé de rencontrer le groupe Cadillac Palace, candidat au Tremplin Jazz d’Avignon. Nous avions déjà rencontré son saxophoniste rémois lors des jams cessions organisées à l’Ajmi. C’est d’ailleurs là où nous nous sommes donné rendez-vous après leur répétition.

Lorsque nous rentrons dans la Manutention pour la première fois depuis la fin du Festival d’Avignon, nous sommes ravis de retrouver l’Ajmi (Association de Jazz et Musiques Improvisées), partenaire du Tremplin. Nous partons donc sur un terrain que l’on connaît bien, toujours en conservant notre pudeur au sein de ce lieu qui demeure intime, à l’instar des rares clubs de jazz ayant conservés leurs identités pendant 35 ans sur le territoire hexagonal. Jean Baptiste nous reçoit donc le lendemain d’une centaine de kilomètres parcourus depuis Reims avec le reste de son groupe Cadillac Palace.
Coup de pied aux préjugés, cette rencontre démontre une fois de plus la vitalité et la jeunesse de ces musiques, trop souvent renfermé dans un imaginaire collec(fic)tif à un répertoire de vieux pour les vieux. Ainsi, le trio saxophone, guitare, batterie descendent avec nous les Escaliers St Anne et nous accorde 15 minutes pour aborder ses attentes par rapport au Tremplin. La discussion est libre et improvisée, les protagonistes rappellent les apports du TJA pour le développement de leurs carrières, les enjeux d’un tel événement, le regard que les professionnels pourront porter sur leurs musiques et comment ils pensent se différencier des autres musiciens présents sur le Tremplin. Là, nous avons conscience que nous nous adressons à des musiciens qui sont attachés à leurs trios, aux publics, des hommes prêts à partager leurs passion au service des autres. Cette rencontre nous invite à considérer la place de la diffusion du jazz en France, défi maintenu et à réaliser pour développer la création et la scène du jazz actuel. Mais avant, commençons par vous rappeler son implication au sein du Tremplin Jazz d’Avignon.  

 

Quels sont les enjeux/apports du Tremplin pour le développement de votre carrière?

Le Tremplin va donner l’opportunité d’avoir l’avis d’autres professionnels même si nous allons jouer comme si cela serait un concert normal. Nous aurons seulement 40 minutes ; c’est l’occasion de se faire connaître dans un lieu où nous n’avons jamais joué.

Comment pensez vous vous différencier des autres groupes ?

Le trio est un insolite ; avec un nain et deux grands (rires) ; nous allons nos compositions, qui ont une emprise jazz en terme d’influences et sur le plan des interactions jazz. Notre écriture est plutôt rock et métissé ; par exemple, il n’y a pas de basse. La basse est alors répartie entre nous trois ; aussi bien à la guitare, la batterie/le moog, que le saxophone.

Demain, nous poursuivrons notre pérégrination au Tremplin où nous vous livrerons le portrait de Jean Pierre, bénévole au Tremplin depuis 22 ans pour aborder son rôle, le développement de l’événement au cours du temps, son intérêt pour les musiques de jazz et l’ambiance du Tremplin.

admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *