Radio Campus Avignon fête ses 9 ans: [INTERVIEW] Fred Skitty

Jeudi 4 avril se tenait les 9 ans de Radio Campus Avignon au Pub Z, bar undergroud à l’ambiance vintage et décalée. Pour l’occasion, nous pouvions retrouver trois artistes féminines prêtes à montrer à nos étudiants leurs talents musicaux. Parmi elles, Fred Skitty, jeune compositrice et chanteuse de 24 ans, qui a accepté de répondre à nos questions.

Fred Skitty sur son compte instagram @fredskitty

Auteure, compositrice et interprète originaire du sud de la France, Fred Skitty a fait de sa passion une réalité en se produisant en live et sur Youtube à travers des remix, des compositions chantées et des dj sets. Assises sur des banquettes zébrés, au creux d’une lumière tamisée, elle nous dévoile son parcours et sa musique…

Radio Campus Avignon: Ce soir tu te produis au Pub Z pour fêter les 9 ans de RCA; j’ai cru comprendre que ce lieu représentait quelque chose de symbolique pour toi, pourrais-tu m’en dire plus ?

Fred Skitty: Oui c’est vrai que c’est un peu particulier pour moi parce que c’est la première fois que j’ai mixé là en public. C’était en novembre 2012, c’était mes toutes premières scènes et un jour je suis allée voir Will et il m’a donné ma chance comme on dit. C’est-à-dire que je suis arrivée en disant que je voulais mixer. Je lui ai envoyé deux trois enregistrements sur SoundCloud et il m’a laissé venir, alors oui j’ai des très bons souvenirs ici. Et c’est vrai qu’il y a une pression en plus de se dire que j’espère que 7 ans après, j’ai évolué dans le bon sens.

 

RCA: Comment t’es-tu mise à faire de la musique et depuis quand ?

Fred Skitty: J’ai fait un peu de piano quand j’étais enfant, à l’adolescence j’ai fais de la batterie et puis à l’âge de 17 ans j’ai appris à mixer et c’est le fait de mixer qui m’a vraiment donné envie de faire de la musique. A force d’écouter la musique des autres, j’ai découvert la musique électronique relativement jeune mais c’est surtout à l’adolescence que j’ai commencé vraiment à m’y intéresser. Je dirais aussi que c’est grâce aux mixs parce que j’ai commencé à faire des maquettes en 2013 et c’est comme ça que ça a évolué.

 

RCA: Comment présenter ta musique, ton style ?

Fred Skitty: Je fais de la musique électro qui se situe entre la pop et la house. Même si la pop c’est déjà un style musical assez vaste, on ne sait plus trop ce que ça veut dire mais disons que j’aime bien mêler la chanson pop avec la house music, avec des formats qui ne sont pas des chansons de 3 min comme on peut entendre à la radio. Et j’ai essayé de reprendre certains codes de la musique électronique, mais en même temps j’ai essayé de ne pas trop les suivre pour avoir un petit peu plus de liberté.

 

RCA: As-tu des influences musicales, des artistes que tu admires et dont tu t’inspires ?

Fred Skitty: Pendant très longtemps j’ai eu un peu honte mais j’assume totalement que je suis fan de Madonna. J’ai jamais trop voulu l’avouer et puis en fait je me suis dit finalement que je m’en fiche, ce n’est peut être pas les meilleures références mais ce sont les miennes. Du coup j’ai grandi avec la musique de Madonna, Moby, Kylie Minogue, et Daft Punk aussi ça a été une première approche du monde électro. Et en tant que personne qui fait de la musique, j’aime beaucoup Disclosure, c’est pour moi une vrai inspiration et je me dis qu’un jour j’aimerai vraiment que ma musique ressemble à la leur. Et puis j’adore le groupe français Paradis, Equinoxe et aussi Christine and the Queens.

 

RCA: Ton single Insane est le premier morceau chanté que tu as sorti sur les plateformes. Quelles émotions as-tu voulu faire ressentir dans ton texte ? De quoi parle-t-il?

Fred Skitty: Quand j’ai voulu faire la maquette de Insane, à la base c’était pour remixer un morceau de Kylie Minogue qui s’appelle “Slow” et quand j’ai fais l’instru, je me suis dis que c’est le genre d’histoire d’amour en anglais qui passe bien. Et c’est un peu ce que j’ai fait, aussi cliché soit-il, je me suis complètement embarquée là-dedans. Et ça parle de la force des sentiments que l’on peut avoir pour quelqu’un même si ce n’est pas quelqu’un fait pour toi, pas la bonne personne mais en fait tu te rend compte que tu peux rien faire parce que les sentiments et ce qui se passe dans le coeur ça ne se contrôle pas forcément et c’est vrai que c’est un peu inspiré de ma vie, de ce que je vivais à cette époque là quand j’étais dans une relation qui m’a beaucoup marquée même si elle n’a pas forcément bien fini. La chanson est un peu mélancolique mais maintenant ce n’est pas ce que je retiens. C’est un single que je considère comme ma bonne étoile, un morceau qui m’a apporté certaines choses et je ne pense plus forcément à ce que j’ai vécu avant en l’écoutant.

 

RCA: Et ton non nom de scène, pourquoi Fred, pourquoi Skitty ?

Fred Skitty: En première quand j’ai découvert la guitare et le chant avec une copine de lycée, on avait auto-baptisé un groupe qu’on avait crée, les “Fred Jean Jean” mais ça ne faisait rire que nous et c’est vrai que la copine en question m’appellait Fred donc j’ai gardé ce nom en souvenir de ça. Et puis après Skitty fait référence au Pokémon, le chat parce que j’adore les chats et puis un jour j’avais fais un test “Quel Pokémon êtes-vous?”. Mais de ce nom de scène, il y a un jeu de mot un peu salace mais je me dis tant pis, j’assume c’est pas si grave, et si les gens ont l’esprit tordu ce n’est pas mon problème.

 

RCA: Penses-tu qu’il a été facile pour toi de trouver ta place en tant que jeune femme dans le monde des DJ ?

Fred Skitty: Il y a beaucoup de gens qui disent que maintenant ça devient une mode de dire que les femmes sont en galère. Mais malheureusement c’est une réalité, ce n’est pas de la victimisation, c’est être réaliste. Personnellement je me sens privilégiée car je me suis toujours sentie écoutée et en tant que femme en solo, ça reste assez compliqué comme quand tu vas contacter une boite de production ou c’est une bande de potes qui tiennent les rennes et tu te dis qu’il faut que tu t’imposes et que tu en imposes. Après c’est vrai que j’essaie de faire mon petit bonhomme de chemin et que si je suis écartée c’est pour d’autres raisons. Mais je reste tout de même choquée des remarques que certaines personnes peuvent faire, surtout que ces personnes se disent professionnelles. J’essaie de pas y penser, et si c’est plus galère je prends ça comme une force, comme un avantage en me disant que il y a moins de femmes en musique électronique même si ça se démocratise un peu. Il y a par exemple beaucoup de line-up qui sont essentiellement masculin. Et comme on dit, si on te ferme la porte, essai de rentrer par la fenêtre…

 

RCA: Quel est ton plus beau souvenir sur scène, en live ?

Fred Skitty: J’ai été à la fac à Avignon en LEA, et en troisième année on doit partir à l’étranger. Je suis partie à Londres et j’ai fait un stage dans un magazine de musique. Mon patron m’a fait chanter plusieurs fois lors de plusieurs événements. Et je me souviens d’un en particulier qui était une soirée comique avec des humoristes. Pour chauffer la salle, j’ai dû chanter Insane pour la première fois en live et pas en version studio. J’ai donc eu un super accueil, les gens étaient hyper réceptifs et c’est à ce moment là où je me suis dis que apparemment ce que je fais est crédible, que je peux m’accrocher et y croire. En étant une petite française je me suis quand même dis si il y a des fautes dans le texte ça va se voir directement parce qu’il y a des anglophones. Mais je suis passée outre et il y a quand même eu ce déclic. Il y a eu comme un avant et un après. Parce que quand tu composes tes morceaux, tu ne sais pas trop ce que ça va donner, et quand tu as un accueil chaleureux comme j’ai pu avoir, ça motive. Et puis j’ai envie de dire que toutes les dates sont des bons souvenirs.

 

RCA: Pourrais-tu nous confier aux lecteurs de RCA, tes futurs projets ou événements auxquels on pourrait assister?

Fred Skitty: Dans la région, vendredi 10 mai je fais un apéro-concert au Pôle Culturel Jean Ferrat à Softère. Après j’ai une date à Paris mais je ne peux pas en parler pour l’instant parce que ça n’a pas été annoncé par l’association de production. Mais sinon, surtout, je prépare la sortie de mon premier EP qui va être présenté ce soir au Pub Z. J’espère pouvoir le sortir avant la deuxième moitié de 2019, donc c’est en quelque sorte imminent, car c’était prévu pour l’année dernière mais il y a eu des problèmes techniques et financiers. Puis je pensais ne pas avoir encore assez de contacts donc j’ai voulu attendre encore un an. Mais maintenant ça y est je me sens prête. C’est flippant mais j’ai hâte.

Pour retrouver Fred Skitty sur les réseaux sociaux:

Facebook

Instagram

Soundcloud


Nous vous donnons rendez-vous mercredi pour l’interview de Elle Music et Pauline Martin, restez connectés!

Edith Granon

La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.