Raoul Petite à l’Akwaba, le live-report

Carton, le toujours très jeune frontman de Raoul Petite (© Clem-G)En ce samedi 16 janvier, le fond de l’air est turbo-frais. Heureusement, la température de l’Akwaba est bien élevée et pour cause : la gang aptois Raoul Petite est de retour à Châteauneuf-de-Gadagne ! Ce groupe culte, auteur d’une fusion rock + punk + reggae + chanson + metal + electro + pop (oui, tout ça à la fois) qui n’a pas perdu de sa fougue après trente piges d’activité, rameute toujours les foules : on n’est pas loin du sold-out. Les fans de la première heure, souvent accompagnés de leurs progénitures (eh oui, le temps passe), côtoient de simples curieux, des punks, des hippies, [insérez ici une étiquette faisandée correspondant à un style vestimentaire], ou alors de vigoureux jeunes gens découvrant à peine les joies du houblon… La bière justement, parlons-en : ce soir-là, la bière du mois tabasse sévère. Au bout de quatre tournées, elle fait tellement vriller le cerveau que mes acolytes et moi-même oublions complètement de porter attention aux outsiders de la soirée, Anorak, qui reprennent de façon cheap les grands standards des années 80 en se baladant partout dans le lieu… D’après quelques témoignages de confiance, c’était bien.

Raoul Petite se fait attendre. Les 300 personnes forment une masse bien compacte devant la scène ; et comme d’habitude, Carton, l’emblématique leader (et seul membre historique) de la formation, pourfend le public et se fait porter sur scène, bien installé sur son trône de fortune ! A peine a-t-il débuté que le vrai spectacle proposé par les Raouls (musique, lumières, mises en scène, costume) s’emballe déjà ! Le joyeux bordel -ils sont une dizaine sur les planches- ne la joue pas “vieux moteur diesel en hiver” et harangue le peuple vauclusien avec l’aide de riffs tranchants, de rythmiques lunatiques, de claviers ambianceurs, de cuivres festifs, de choeurs orientaux et de flow tantôt calme, tantôt hargneux, mais toujours accrocheur. Le nouvel album du groupe, qui devrait débarquer cette année (leur précédent skeud, “Dans ton Kulte“, date de 2003 !), est attendu de pied ferme par une horde de fans ; il est légèrement dévoilé en live “tonight”, notamment avec l’excellent titre “Paranorama“, aux backvoices hypnotiques et aux notes de guitare délicieusement aigües. Quelques interludes ponctuent le show, comme le solo de basse ravageur de Freddy Simbolotti ou le triple lancé de tarte à la mousse à raser. Votre serviteur a bien évidemment goûté à ces saveurs exquises (sic)… Récemment mis à l’honneur dans l’émission Reportages sur TF1, Raoul Petite fait preuve d’une fougue sans faille et d’une énergie à faire pâlir les plus sautillants des rockeurs en herbe (cf. l’interprétation du titre “Molosse“, où Carton est affublé d’un costume SM). A la fin du concert, le t-shirt est trempé et ça, c’est très bon signe ! “Raoul Petite, enfin un vieux qui déchire !

admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *