Retour sur la Paris Games Week 2018!

La Paris Games Week est souvent décrite comme la deuxième plus grosse convention de jeux vidéos d’Europe, juste après la Gamescom en Allemagne. Ce média est justement le sujet de l’émission «Ctrl Alt Play», une émission nouvellement programmée qui a eu la chance de pouvoir envoyer une partie de son équipe à cet événement grâce à Radio Campus Avignon. Une partie de l’équipe de Ctrl Alt Play est donc partie à la Paris Games Week fin octobre 2018 pour y retrouver les plus grands acteurs du média et leurs nouveautés, exclusivités, annonces et tests. Voici donc un résumé, bien évidemment subjectif, de leurs aventures !

__________

Anthony (animateur de l’émission) :

La Paris Games Week c’est la deuxième plus grosse convention d’Europe et la troisième mondiale dans le domaine du jeu vidéo. Ces dernières années, le SELL, syndicat responsable de la PGW avait essuyé quelques critiques. En effet on leur avait reproché leur manque d’organisation ainsi que leur incapacité à entretenir et sécuriser la convention, mais cette année je fus cependant agréablement surpris! La PGW ne souffrait de quasiment aucun manque d’organisation que ce soit à l’entrée ou à l’intérieur. De gros efforts ont été portés afin de faire passer un agréable moment aux différents participants de la PGW. Il reste cependant encore quelques améliorations à faire mais j’apprécie les efforts fournis par le SELL.

Grâce à Radio Campus Avignon, nous avons pu intégrer cette Paris Games Week en tant que presse, cela nous a donné quelques avantages que ce soit pour la discussion avec les exposants ou alors pour éviter de devoir patienter à l’entrée. Durant cette édition de la PGW nous nous sommes souvent séparés, afin de pouvoir couvrir plusieurs endroits à la fois. La PGW est divisée en 3 halls;

  • Le premier réservé aux grands éditeurs, au merchandising et aux jeux indépendants.
  • Le deuxième contenant un espace enfant, école et rétrogaming.
  • Le dernier plus réservé à l’E-sport et aux grandes animations.

Je ne suis pas souvent allé dans le hall 3 pour ma part, mes rares passages furent réservés pour le concours cosplay et quelques matchs E-sport. En parlant de cosplay, interviewer certains cosplayeurs fut pour moi vraiment intéressant, en effet, en leur parlant on découvre vraiment la passion qui les anime et on peut aussi voir leurs façons de concevoir le jeu vidéo à travers le cosplay.

Le premier hall est celui où j’ai passé le plus de temps. J’ai pu y tester plusieurs jeux de chez Microsoft, Ubisoft ou encore de Nintendo.
Mon jeu préféré fut SoulCalibur VI, ce jeu de combat réalisé par Bandai-Namco reprend vraiment ce qui fait l’ADN de la série, à savoir un gameplay facile à prendre en main bien que dur à maitriser et aussi des combats à l’arme blanche spectaculaires. Ma plus grosse déception fut cependant Darksiders 3 que j’ai trouvé assez mou surtout comparé à d’autre “hack’n slash” comme Devil May Cry 5.

D’autres jeux ont aussi su attirer mon attention comme Ace Combat 7, un jeu d’avion qui profite d’une campagne d’une très bonne qualité ainsi que d’une immersion à couper le souffle (accentuée par les casques de réalité virtuelle avec lesquels nous avons la possibilité de jouer).

Le stand de Nintendo fut pour moi le mieux réussi, il était bien construit et l’animation était parfaite car centrée sur les jeux. Il y avait aussi des compétitions professionnelles comme amateurs. De plus c’est dans ce stand que j’ai pu ressentir le plus de passion concernant le jeux vidéo. A contrario, le stand de Playstation m’a clairement donné envie de fuir. Il faut savoir que j’ai une Playstation 4 mais je ne suis pas pour autant un “fanboy” de Sony. Sony dans son stand, avait une organisation plutôt bien ficelée mais je trouvais qu’il y avait quand même un problème au niveau de la répartition des jeux, trop de jeux ont été montré ce qui a poussé à des files d’attentes trop longues même pour des petits jeux. Malgré tout, ce n’est pas le problème majeur de Sony. Son problème majeur est pour moi son rapport à la communauté. Toutes les animations du stand Sony était centré sur autre chose que le jeu. On pouvait y voir des gens danser et chanter, une marrée humaine était rassemblée dans l’espoir de récupérer ne serait-ce qu’une simple casquette Playstation. Cela m’a complètement ébahi et je n’ai clairement pas compris l’engouement autour de ce stand si ce n’est la masse de fan pro-sony qui sont voués corps et âme à ce constructeur. De plus, alors que dans les autres stands de créateurs, il était souvent possible de trouver quelqu’un (un programmeur, un designer, un directeur de communication…) avec qui parler, chez Sony ce n’est pas le cas et tout le personnel est seulement là afin d’égayer les gens du stand.

Le hall numéro 2, c’est pour moi celui du silence. Lorsqu’on sort du hall 1 et du mix des différentes scènes, le silence présent dans le hall 2 est des plus agréable et permet vraiment de pouvoir rencontrer tous types de personnes. Étant un fan de rétrogaming je me suis laissé attirer par son stand attitré. Plusieurs consoles, des jeux différents chaque jour, ce fut clairement un des stands les plus riches en contenu. C’est surtout sur ce stand que j’ai vu le plus d’inconnus parler ensemble de jeux que parfois ils ne connaissaient pas et voir ces gens jouer ensemble sur la même console ou encore voir des enfants jouer avec leurs parents au jeux de leur enfance, c’est quelque chose de très beau à voir et j’ai même pu avoir quelques belles discussions avec différents gamers.

Pour finir, j’aimerai parler des jeux indépendants, j’ai vraiment apprécié l’espace qui leur était dédié. Une très grande majorité des jeux présentés étaient français et c’est toujours un plaisir de voir de petits groupes d’amis se regrouper afin de faire vivre leur passion et de matérialiser leurs imaginaires en un jeu vidéo. C’est aussi sur ce stand que l’on peut le plus facilement discuter avec des développeurs et ainsi se rendre compte de leurs difficultés mais aussi de leurs joies.

__________

Nicolas (chroniqueur des jeux bizarres):

J’ai personnellement apprécié la Paris Games Week. Malgré son côté mercantile assez outrancier, l’événement a rempli sa tâche première, qui est d’entretenir et approfondir la hype auprès des fans.

En effet, inutile d’aller à la Paris Games Week en espérant des annonces ou découvertes en avant-première de jeux, il ne s’agissait là que de voir et de pouvoir tester les jeux nous faisant envie. J’ai notamment pu mettre la mains sur quelques jeux que j’attendais, tels que Metro Exodus ou Devil May Cry V.

Cette convention m’a permis aussi de découvrir certains titres qui m’auraient autrement échappés, comme Man of Medan. Certes, certains podiums n’ayant rien à vendre ou montrer n’était là que pour rappeler leur existence (le stand PlayStation notamment, qui, faute de jeux véritablement attendus a préféré faire venir Maître Gims), et les goodies et stands en pagaille, rajouté à cela une foule monstrueuse et des files d’attente laborieuses, vous comprendrez pourquoi les derniers jours de l’événement étaient plus de l’ordre de l’effort que de l’amusement.

Il est bon de rappeler néanmoins les nombreux jeux présents qui réussiront malgré tout à ravir leur fans, tels que Smash Bros Ultimate ou Battlefield V. Au final, l’événement était un coup de com qui, malgré les couacs, reste une bonne expérience à vivre si vous savez à quoi vous attendre.

__________

Sacha (chroniqueur E-Sport):

Ahhh la Paris Games Week ou PGW pour les intimes !

Alors durant cet événement on peut trouver tout notre bonheur en tant que fanboy/girl de mangas/jeux vidéos, à condition, bien sûr, d’y mettre le prix.

Oui, car parmi les 3 halls le plus grand d’entre eux, dédié à l’origine au test des nouveaux jeux se transforme en véritable aire commerciale et pompe à fric monumentale. En soit la convention n’est pas mauvaise, loin de là, nous avons eu droit à bien plus d’organisation et de propreté que par le passé; mais cet événement sera clairement dédié plus aux supporters de l’E-sport et à ses amateurs!

Avec des tournois ouverts au public sur pleins de très gros jeux tels que League of Legend, Call of Duty, Rainbow Six : Siege, Hearthstone, Clash royale et j’en passe, un amateur de jeu de compétition en aura pour son argent !

Une scène assez grande, au plus près des professionnels, des commentateurs expérimentés sans pour autant bloqués dans le sérieux de la compétition se feront un plaisir de discuter, signer des autographes ou prendre des photos avec vous en sortie de leur loge !

J’ai moi même pu manger dans un fast-food le midi avec Panix un joueur Rainbow Six : Siege de l’équipe Penta ayant fini deuxième à la 6cup [une grande compétition d’E-Sport sur Rainbow Six : Siege]. Un pur bonheur pour les joueurs cherchant à innover dans leur gameplay, ou demander des conseils à des professionnels !

C’est tout pour moi, on se retrouve très bientôt sur de nouvelles conventions et l’année prochaine à la PGW!

__________

Cette convention aura donc permis à l’équipe de mettre la main sur énormément de nouveaux jeux, déjà sortis ou à venir, bons comme moins bons, mais aussi de rencontrer des professionnels qui sont les acteurs de notre passion.

Avec la Paris Games Week, le même problème revient toujours : le grandissant désintérêt des gros éditeurs, malgré la bonne volonté du comité en charge de la convention. C’est ce qui l’empêche de devenir la plus grande convention d’Europe depuis bien des années: une mauvaise réputation due à une organisation discutable, à des locaux mal entretenus, à une pollution sonore qui s’accroît d’années en années et à un public caricatural.

Cependant, comme l’a dit Anthony, le SELL a fait de gros efforts pour changer cette image, qui n’est plus aujourd’hui que partiellement vraie. Nous ne pouvons cependant pas encore affirmer avec certitude que la vision des éditeurs vis à vis de la Paris Games Week est en voie de changement: seul le temps nous le dira !

L’émission de Ctrl Alt Play du 5 novembre, dédiée à la Paris Games Week, est disponible en podcast ici :

https://www.mixcloud.com/radiocampusavignon/ctrlaltplay-%C3%A9mission-sp%C3%A9ciale-paris-games-week/

Vous pouvez aussi retrouver toute l’équipe sur les réseaux sociaux :

-Twitter : @ctrlalt_play

-Facebook : Ctrl-Alt-Play

Toute l’équipe et moi-même vous souhaitons une très bonne journée et à bientôt dans le monde vidéoludique !

Guirec Berlehner

La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.