Sur les routes estivales du jazz en région #2

 

Nous sommes le 4 juillet 2014, je quitte à nouveau le Vaucluse pour les Bouches du Rhône. Cette fois, nous ne serons pas à Salon de Provence mais à Vitrolles pour le Charlie Jazz Festival. Ainsi, je prévois de nouveau de rencontrer des musiciens que nous avons invités et que vous avez pu écouter à Radio Campus Avignon dans le cadre de l’émission « ça va jazzer » et de l’émission spéciale « à contre temps » lors de la dernière édition du festival d’Avignon tels que le contrebassiste Stéphane Kerecki ou encore Médéric Collignon et ses 11 musiciens.

 

Je suis alors curieux de découvrir ce festival dont Marcel et Solange nous a touché deux mots l’an dernier lors d’une émission que vous aviez peut être écouté à la même période « à contre temps » et il y a trois semaines à Paris autour d’un café avec Cécile Pruvot (altiste d’un des deux quatuors de M.Collignon ; photo ci-après). Ce festival a été créé en 1989 par quelques habitants de Vitrolles et dès 1993, la municipalité leur a proposé d’investir un local dans le domaine de Fontblanche. Ce lieu est alors restauré par les bénévoles de l’association et inauguré en 1994 pour devenir une scène incontournable du jazz dans la région PACA. Ainsi pour cette 17ème édition, les musiques de jazz vont croiser le rock, l’électro, le hip hop, la funk, notamment ; et aux cotés de l’éclectisme de cette programmation, le festival opte pour une démarche écologique (tri sélectif, éclairages à leds, éco-cups, t-shirts bio, navettes = réduction du prix des billets, utilisation de papier recyclé, etc.). Ce festival s’inscrit donc dans son temps et l’on pourrait même dire un peu au delà. Les programmateurs ont invités des artistes créatifs, innovants ; évoluant au sein d’un cadre particulier, soucieux d’être préservé.  

 

Parmi les 400 personnes du public, on retrouve des musiciens et des amateurs de jazz soucieux de défendre une idée de la liberté. Ces derniers me confiaient alors « la programmation de ce festival est vraiment particulière, elle exprime une belle idée de la liberté,  chaque musique y est représenté de manière subtile mais dans une couleur qui rassemble, celle du jazz  ». Voilà donc une 17ème édition qui commence sous les meilleurs auspices pour l’équipe du festival qui va se poursuivre jusqu’à dimanche. Et précisément dimanche, je me rendrai à l’Ajmi (Association de Jazz et Musiques improvisées) pour la seconde édition des Têtes de Jazz.alt

admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *