Un Festival de Théâtres

Les masques du ThéâtreHa ! À quel beau festival de théâtre nous avons droit. Que c’est beau. Les acteurs rentrent sur le terrain. Ils se sont entrainés pour certains toute l’année. Ils sont tellement fiers d’être ici, dans cette arène, le lieu le plus emblématique de cette discipline grandiose et politique.

À chacun son costume. À chacun sa façon de jouer. C’est si beau de les voir intéragir ensemble. Ils se donnent la réplique les uns les autres.

Parfois, certains jouent mal. Quelques fois, ils se surpassent, afin de donner à leur public le meilleur d’eux-mêmes.

 

Quoi ? Parlai-je du Festival d’Avignon ? Déclarai-je mon certain amour pour le théâtre ? Bien sûr que non. L’objet de cet article concerne sans hésitation la Coupe du Monde mon ami(e). Rappelez-vous ! La simulation, que dis-je, le jeu d’acteur auquel s’est donné le brésilien Fred, qui, lors de ce premier match, donna une leçon dActeur Studio à M. De Niro et Mme Mimie Mathy !  Ou alors l’Uruguayen Suarez, qui, après avoir mordu – arraché ? – l’épaule de l’italien Aquilani, feint de tomber pour faire penser à l’arbitre que cette altercation fût respective.

Tandis que démarre le Festival d’Avignon, les footballers déchus de tout espoir de gagner la Coupe du Monde pourront donc bien entendu commencer une carrière de comédien, comme le fit Franck Leboeuf dans une pièce au nom tout aussi inquiétant qu’inquiétant (non non, ceci n’est pas une répétition fortuite) : Ma Belle Mère et Moi. Concernant l’affiche, elle n’a je trouve, pas plus de goût qu’une feuille de soja trempée dans le dos transpirant d’un Festivalier suave. (Pour admirer l’artiste, c’est par ici : http://urlz.fr/uqg)

Le Festival d’Avignon aura-t-il lieu ? Sûrement.  En tout cas, le plus grand festival de Théâtre du monde, lui, à l’aide d’un simple ballon rond, aura déja fait rêver la planète entière. 

admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *