Vik Muniz et Lawrence Weiner jusqu’au 17 juin à la Collection Lambert

Si vous êtes encore dans les parages en cette fin d’année universitaire et que vous n’avez pas encore retrouvé vos parents dans des contrées lointaines, vous pouvez aller visiter la double exposition de Vik Muniz et Lawrence Weiner à la Collection Lambert. Ces deux artistes ont des pratiques très différentes mais rien ne les empêche de partager les couloirs de la Collection Lambert

« Sigmund » (Pictures of Chocolate), 1997, c-print, 150 x 120 cm.Vik Muniz – Le musée imaginaire

Vik Muniz, né en 1961 à Sao Paulo au Brésil, est un artiste contemporain brésilien issu d’une famille défavorisée. Il décroche tout de même une bourse pour étudier les Beaux-Arts aux cours du soir. Un jour, grâce à un coup de chance – si l’on peut dire – il prend une balle perdue dans la jambe et pour éviter la prison, le tireur lui propose une somme d’argent qui va permettre à l’artiste de partir aux Etats-Unis.

Au premier étage vous pourrez découvrir une centaine d’oeuvres monographiques qui retracent les différents materiaux que Vik Muniz a utilisé pour réaliser ses créations. Il utilisera cependant toujours la même technique : utiliser un matériau pour recréer une image. Ainsi, on peut découvrir La Création d’Adam de Michel Ange réalisée uniquement avec des déchets (des chaînes de vélo, une remorque, des joints…), des visages d’enfants révélés par des grains de sucre ou encore une diva avec des milliers de diamants.

La plupart de ces créations sont réalisées dans le seul but d’être photographiées. C’est au moment de la prise du cliché que l’oeuvre se révèle par un angle de prise de vue très précis. On se rend compte de cela lorsque l’on se rend à l’Église des Célestins, place des Corps-Saints, car on peut découvrir une reproduction de Le Semeur de Van Gogh (elle-même copiée de Millet) réalisée avec de la lavande et des feuilles mortes. Du coup nous pouvons faire nous-mêmes l’expérience et se rendre compte que l’oeuvre réelle est assez difforme et qu’il suffit de prendre une photographie avec son téléphone pour révéler l’image. D’une certaine façon, au cours de cette exposition, nous avons réinventé le développement photographique en numérique. 

CAT # 993 (Placed on display), 2008, pièce de texte, adhésif.Lawrence Weiner – Après la traversée du fleuve / After crossing the river

Lawrence Weiner est né en 1942 à New York dans le Bronx. Il est un ami du galleriste-collectionneur Yvon Lambert, ils se sont rencontrés lors de son premier voyage à New York. Lawrence Weiner a décidé de lui rendre hommage 40 ans plus tard avec le titre de son exposition « Après la traversée du fleuve » qui fait référence à la vie d’Yvon Lambert qui avait d’abord travaillé sur la rive gauche à Paris pour ensuite s’installer sur la rive droite. Après avoir traversé la Seine il rejoint le Rhône en 2000 à l’ouverture de la Collection Lambert à Avignon. 

L’exposition révèle des oeuvres d’art conceptuel. Au fil des salles on y découvre des mots ou des phrases écrites sur les murs, souvent écrites en anglais et en français, toujours avec cette volonté d’être accessible. Lorsque vous quittez la Collection Lambert et que vous pensez avoir tout vu de Lawrence Weiner, vous vous apercevez que dans la cour de la Collection est inscrit sur les murs : « DOWN AND OUT. AND OUT AND DOWN. AND DOWN AND OUT. AND OUT AND DOWN. » Vous êtes finalement en train de lire ce que vous faîtes avec votre tête pour lire le texte. Une fois sortis complètement des murs de la Collection Lambert et que vous vous dirigez vers l’Église des Céléstins, vous vous retrouvez une fois encore face à Lawrence Weiner et vous comprenez enfin pourquoi il était écrit « Tenu en équilibre entre dissolution & résolution : actuellement » sur l’Église des Célestins. Maintenant vous pouvez crâner avec vos amis lorsque vous irez manger une tartine place des Corps-Saints.

Tarif étudiant : 5,50€

admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *